Accueil | Contacts SAT-Amikaro chez wikipedia SAT-Amikaro chez Ipernity SAT-Amikaro chez Facebook SAT-Amikaro chez Facebook fil rss

  fr |

Quatrième rencontre


KVARA RENKONTO
Quatrième rencontre

1. Kia patro, tia filo.
[ki-a… ti-a : bien séparer les voyelles].
Tel père, tel fils.

2. Kia sono, tia resono.
[sono… rèssono : s est toujours dur].
Tel son, tel écho (on répète bêtement ce qu’on entend).

3. Jen staras la bovoj antaŭ la monto.
[Yènn… bovoy… j est toujours prononcé y… monnto].
Voici (que) se tiennent les bœufs devant la montagne (nous voici au pied du mur).

4. Unu saĝo estas bona, du estas pli bonaj.
[ounou sadjo… bonay].
Une sagesse est bonne, deux sont meilleures (deux avis valent mieux qu’un).

5. Oni vivas ne kun mono, sed kun persono.
[nè… kounn].
On vit non pas en compagnie d’argent, mais d’une personne (En mariage […] contentement passe richesse. Molière, Le médecin malgré lui, II, 2).

6. Oni batas per vipo, por ke sentu la ripo.
On bat avec un fouet, pour que la côte sente (il faut adapter les moyens aux buts).

7. Apud plena manĝotablo, oni estas tre afabla.
À côté d’une table à manger pleine, on est très aimable (bonne table rend aimable).

8. En bona ordo tra la pordo !
En bon ordre par la porte ! (Prenez la porte ! prenez vos cliques et vos claques ! Fichez-moi le camp !).

9. Hodiaŭ supre, morgaŭ malsupre.
[le h doit être bien soufflé et les dits d’un seul tenant].
Aujourd’hui en haut, demain en bas (les jours se suivent et ne se ressemblent pas).

10. Al kuko kaj kaso ĉiam venas amaso.
[kouko… kasso… tchi-amm… amasso].
Au gâteau et à la caisse toujours vient (la) foule.

11. Ne ĉiam estas festo, venas ankaŭ fasto.
Ce n’est pas toujours fête, vient aussi le jeûne.

12. Kie estas mielo, tie muŝoj ne mankas.
[ki-è… miè-lo… bien détacher… mouchoy… mannkass].
Où il y a du miel, les mouches ne manquent pas.

13. Kie regas la forto, tie rajto silentas.
[rayto… silènntass].
Où règne la force, (là) (le) droit se tait (la force prime le droit).

14. Sprit’ en tempo neĝusta estas tre malbongusta.
[tèmmpo nèdjousta… malbonngousta].
L’humour à contre-temps (en temps non convenable) est de très mauvais goût).

REMARQUES

0. Kvar quatre ; kvara quatrième : on a compris maintenant le mécanisme avec -a.

1. Kia de quelle sorte, comment, quel (se rapportant à un nom). Tia tel, de telle sorte. Kia estas la vetero ? Comment est le temps ? Tia… kia tel… quel. Même construction que kiu… tiu (Rencontre précédente)

2. Sono son ; resono écho.
— Kia estas la resono ? Comment est l’écho ? 
— Forta fort.
Kia se terminant par -A appelle une réponse par un Adjectif.

3. Jen voici, voilà.
Staras sont debout, se tiennent là. L’ordre des mots est beaucoup moins rigide qu’en français ; on pourrait aussi bien dire : jen la bovoj staras…
j est la marque du pluriel (comme en grec classique) et s’applique aux noms, adjectifs (phrase suivante : bonaj) et aux pronoms. Il se prononce toujours [y] comme dans [boy].

4. Unu un, une quand on compte ; mais souvenons-nous qu’il n’y a pas d’article indéfini un, une, des.
Saĝa avisé, sage ; saĝo un avis éclairé.
Pli plus, davantage ; pli granda plus grand ; pli forta plus fort ; pli bona meilleur.

5. Kun avec, en compagnie de.

6. Per avec, au moyen de : les proverbes 5 et 6 montrent bien la différence que fait l’espéranto entre les deux sens d’avec, que le français confond.
Vipo fouet ; ripo côte ; ke que conjonction.
… ke sentu la ripo : inversion pour la rime ; l’ordre des mots n’est pas si rigide que dans d’autres langues ; on pourrait dire : por ke la ripo sentu.
Sentu : quand un verbe marque le SOUHAIT, LE DÉSIR, L’ORDRE, il se termine en U ; cela s’appelle le VOLITIF.
Vipo anglais whip ; ripo anglais rip, allemand Rippe.

7. Apud près de, à côté de ; tre très (sans s).
Manĝotablo (manĝo-tablo) table à manger : l’espéranto fait un très grand usage des MOTS COMPOSÉS comme lave-vaisselle, tourne-disque… mais à l’inverse du français il n’utilise guère les traits d’union, sauf si le mot composé est très long. Surtout, en espéranto, LE MOT PRINCIPAL VIENT EN DERNIER, comme en français autoroute (route à autos).

8. Tra à travers, en passant par.

9. Supre en haut, donc malsupre en bas
Hodiaŭ (latin hodie) ; morgaŭ (allemand morgen).

10. Al vers, à (de direction seulement) : Rencontre 1.
Ĉiam toujours ; ĉ commence des mots COLLECTIFS (tous) am finit des mots de TEMPS ; mot à mot : dans tous les temps (toujours).

11. Ne se place juste devant le mot sur lequel il porte : ne ĉiam pas toujours ; bien différent de ĉiam ne estas festo toujours ce n’est pas la fête qui veut dire finalement ce n’est jamais la fête !

12. Toujours le balancement kie… tie (ou d’ailleurs aussi tie… kie).
e est ici la terminaison des MOTS DE LIEU (mnémo e de lieu) ; k le début de mots INTERROGATIFS ou RELATIFS ; t de mots DÉMONSTRATIFS : kie ? où, en quel lieu ? tie là, en ce lieu.

13. Mêmes remarques qu’en 12.

14. Le o final des noms peut se remplacer (Rem. 1) par une apostrophe (ici pour équilibrer les deux parties du dicton en sept syllabes. Sprito est l’esprit, le bon mot, plus mordant que l’humour (humuro).
Ĝusta précis, adéquat, juste.
Malbongusta exemple type de la construction des mots : mal-bon-gust-a = contraire-bon-goût-marque d’adjectif = ayant le goût de ce qui est mauvais = mauvais au goût.

PRATIQUE

1. Kia sufloro, tia aktoro.
2. Kia vivo, tia morto.
3. Jen kiaj ni estas.
4. Kun la peko en la mano.
5. Per pacienco venas scienco.
6. Apud propra domo ŝtelisto ne ŝtelas [chtèlisto… chtèlass].
7. Murmuri tra la dentoj.
8. Oni ne pagas per gloro al sia tajloro.
9. Mi loĝas supre ; malsupre loĝas la pordisto.
10. Ne ĉiam daŭras malbona vetero, ne ĉiam daŭras homa sufero.
11. Kie jukas, tie ni gratas.
12. Deziro tre granda, sed mankas la forto.

1. Tel souffleur, tel acteur (on a toujours besoin d’autrui).
2. Telle vie, telle mort (il est mort comme il a vécu).
3. Nous voilà tels que nous sommes (voilà ce qu’il en est de nous).
4. Avec le péché en main (plein de malice).
5. Avec (au moyen de) patience vient sapience (Rome ne s’est pas faite en un jour).
6. Près de (sa) propre demeure (le) voleur ne vole pas.
7. Murmurer à travers (entre) les dents (i est la terminaison de l’infinitif ; voir rencontre 5).
8. On ne paye pas son tailleur avec (au moyen de) la gloire.
9. J’habite en haut ; en bas habite le concierge.
10. Le mauvais temps ne dure pas toujours ; la souffrance humaine non plus [daourass : la lyre sur le ŭ indique qu’on doit prononcer aou d’un seul tenant].
11. Où ça démange, là nous nous grattons (nous sommes piqués au vif là où nous sommes touchés juste).
12. Désir très grand, mais manque la force.

RÉSUMÉ DES REMARQUES

Kia de quelle sorte ;
Tia de telle sorte ;
Kia… tia tel quel ;
-j pluriel ;
Kun ≠ per ;
Ĉ collectifs ;
-am temps ;
Apostrophe d’élision ;
-i terminaison de l’infinitif.

 

RAPPEL DE PRONONCIATION

[aou d’un trait].
Le tour de la prononciation a pratiquement été fait. Les remarques vont s’estomper très vite.
Surtout, appliquons bien la règle de l’accent tonique sur l’avant-dernière syllabe. C’est notre point faible, qui nous fait immédiatement détecter comme Français quand nous débutons dans les langues étrangères. Par exemple nous prononçons puzzle [pezeule] alors que les Anglais disent [pezl] ; les Portugais disent Porto [porto] presque comme nous disons porte, alors que nous prononçons [porteau !]. En espéranto bordo bord, se dit [bordo] presque comme bord avec un o peu marqué, et non comme Bordeaux !







Voir la liste des articles
de la même rubrique


 
SAT-Amikaro - 132-134, Boulevard Vincent-Auriol - 75013 Paris - 09.53.50.99.58
A propos de ce site | Espace rédacteurs