Accueil | Contacts SAT-Amikaro chez wikipedia SAT-Amikaro chez Ipernity SAT-Amikaro chez Facebook SAT-Amikaro chez Facebook fil rss

  fr |

Seizième rencontre


DEK-SESA RENKONTO
Seizième rencontre

1. Matenas, vesperas, kaj tago malaperas.
C’est le matin, c’est le soir, et le jour disparaît (comme le temps passe !).

2. Leviĝu kun la suno, edziĝu dum juna.
Lève-toi avec le soleil, marie-toi (*pendant que) jeune.

3. Mi multigos vian idaron, simile al steloj de la ĉielo.
[tchi-èlo]
Je multiplierai ta (ou votre) descendance, comme les étoiles du ciel (Genèse, 26, 4).

4. De la leviĝejo de la suno ĝis ĝia malleviĝejo estas glorata la nomo de Dio.
[lèvidjèyo… djis… dji-a…]
Du lieu du lever du soleil jusqu’à celui de son coucher, il est glorifié, le nom de Dieu (Psaumes, 113, 3).

5. Vero kaj virto kuŝas en la mezo.
Vérité et vertu se trouvent au milieu.

6. Festotaga laboro estas sen valoro.
Travail de jour de fête est sans valeur.

7. Post vetero malbela lumas suno pli hela.
Après un vilain temps brille un soleil plus clair (après la pluie, le beau temps).

8. Se forestas la suno sufiĉas la luno.
Si le soleil est absent la lune suffit (il faut savoir faire avec ce qu’on a).

9. En Kristnasko Kristanoj festas la naskiĝon de Kristo ; tiam Mario naskis sian infaneton Jesuo.
À Noël les chrétiens fêtent la naissance du Christ ; alors Marie mit au monde son enfançon, Jésus.

10. En Ramadano Islamanoj festas la revelacion de Korano al Mohamedo far Anĝelo Gabrielo.
Au Ramadan les musulmans fêtent la révélation du Coran à Mahomet par l’ange Gabriel.

11. Ĉe Pasko Judoj festas la liberigan fuĝon el Egipto ; la macoj memorigas, ke tempo mankis por fermentigi la paston.
[matsoy]
À Pâque (sans s pour la Pâque juive) les juifs fêtent la fuite libératrice hors d’Égypte ; les pains azymes rappellent que le temps a manqué pour faire fermenter la pâte.

12. Kristnasko prenis la lokon de malnova pagana festo, Julo, ĉe la vintra solstico.
[youlo]
Noël a pris la place d’une ancienne fête païenne, Youl, au solstice d’hiver.

13. "Pacon kaj sanon !" deziras al si reciproke Korsikanoj ĉe Novjaro kiel bondezirojn.
"Paix et santé !" se souhaitent (se désirent) les Corses au Nouvel An comme vœux (désirs de bonté).

REMARQUES

1. Flexibilité de l’espéranto : de toute racine (maten-, vesper-) on peut faire un nom mateno, vespero, mais aussi un verbe : matenas c’est le matin, vesperas c’est le soir.

2. Levi lever, leviĝi se lever ; edzo mari, edziĝi devenir mari, se marier : le suffixe -iĝ signifie DEVENIR (TEL OU TEL). Il s’emploie aussi pour rendre intransitifs des verbes transitifs : Sizifo rulas la rokon Sisyphe roule le rocher, do la roko ruliĝas donc le rocher roule. En français les deux verbes sont les mêmes ; pas en espéranto, où ruli est transitif (appelle un COD). Mi rulas barelon je roule un tonneau (je le fais rouler) mais le tonneau roule la barelo ruliĝas. Il faut toujours apprendre les verbes espéranto dans un exemple pour se rappeler s’ils sont transitifs ou intransitifs. Souvenons-nous de Sisyphe... Mi komencas mian taskon je commence ma tâche, mais la tasko komenciĝas la tâche commence (*se commence) ; mi finas mian laboron je finis mon travail mais la laboro finiĝas le travail finit (*se termine).
-iĝ est l’opposé de -ig (Renc. 10) qui veut dire rendre (tel ou tel), faire devenir (tel ou tel) : la tuko sekas la serviette est sèche ; mi sekigas la tukon je sèche (fais sécher) la serviette.
-ig rend transitif les verbes intransitifs : la pomo putris la pomme a pourri ; la varmo putrigis la pomon la chaleur a pourri (fait pourrir) la pomme. La sinjorino svenis la dame s’est évanouie ; la timo svenigis la sinjorinon la peur a fait s’évanouir la dame.
Ne confondons pas -iĝi et -igi ; comparer : forta fort, fortigi rendre fort, fortifier ; fortiĝi se fortifier, devenir fort. Ruĝa rouge, ruĝigi faire rougir, ruĝiĝi rougir, devenir rouge.
Notons les rimes internes de ce proverbe, étranges à nos oreilles : suno avec juna (abortaj rimoj : Renc. 10) ; dans un simple dicton elles sont tolérables.

3. Multe (R. 5), multigi (mult-igi) multiplier (rendre nombreux). Ido (R. 12) PETIT de ; -ar suffixe indiquant un GROUPE d’objets ou d’êtres de même espèce formant un ensemble ; idaro ensemble des descendants : descendance.
Simile semblablement : -e est la terminaison des adverbes formés à partir d’une racine (R. 6).

4. Pourquoi toutes ces expressions bibliques ? Zamenhof a traduit le Pentateuque en espéranto, ce qui a eu un grand rôle dans les débuts de la langue ; la Bible étant le livre le plus répandu au monde, chacun disposait ainsi d’un long texte de comparaison avec l’équivalent dans sa propre langue.
Leviĝ-ejo : -ejo R. 5 ; l’espéranto dit du lieu du lever au lieu du coucher, alors que le français ne dit que du lever au coucher ; en espéranto l’expression est spatiale (de l’orient à l’occident) alors qu’en français elle est plutôt temporelle (du matin au soir).
ORDRE DES MOTS : La nomo de Dio estas glorata est l’ordre habituel ; on a dans le texte une INVERSION DE MISE EN VALEUR que le français n’a pas et doit marquer par un pronom d’insistance : IL est glorifié, le nom... En espéranto l’inversion suffit.

5. Kuŝi être couché, et aussi se trouver. Mezo milieu. Je l’ vojmez’ de nia vivo tera... Au milieu du chemin de notre vie terrestre, en italien Nel mezzo del cammin di nostra vita : premier vers de La Divine Comédie traduite en espéranto par le hongrois Kalocsay en décasyllabes à rimes entrelacées, comme l’original, performance dont peu de traducteurs ont été capables en langues ethniques (pour ne pas dire aucun)... Vojmezo milieu du chemin ; tagmezo midi ; noktomezo minuit.

8. Forestas (for-estas) est au loin, est absent, manque (latin ab-est).

9. Naski mettre au monde (R. 12, pratique 11) ; naskiĝi naître. Kristo (sans article : nom propre) le Christ ; Kristnasko (Krist-nasko) la Noël. Kristano : -an indique le MEMBRE d’un groupe, L’ADEPTE, et L’HABITANT d’un pays, d’une ville.
Infano enfant ; infaneto enfançon (-et R. 14, 4) bébé (aussi bebo) ; infano est neutre, ne désignant précisément ni une fille, ni un garçon.
Jesuo : un nom propre mis en apposition (*après-position = placé après) d’un COD ne prend pas l’accusatif (la marque -n). Pourquoi ? parce qu’on sous-entend (kiu nomiĝas) Jesuo qui s’appelle Jésus.

10. Islamanoj : voir ci-dessus Kristanoj.
Revelacio révélation au sens religieux ; sinon rivelo, de riveli révéler.
Far par, du fait de : le COMPLÉMENT D’AGENT s’introduit habituellement par de : amata de ĉiuj aimé de tous ; bildo farita de mi image faite par moi. Mais de est parfois trop polysémique (à plusieurs sens) ; La traduction de Zamenhof de Hamlet de Shakespeare : trois de ne conviendraient pas et on emploie alors el tiré de, et far fait par (racine far-i faire) : La traduko el Hamlet de Shakespeare far Zamenhof.

11. Ĉe à, à l’occasion de (Renc. 7). Pasko Pâque juive (sans s) aussi bien que Pâques chrétienne (avec s final à Pâques pour les chrétiens).
Libera libre, liberiga libérateur, -trice. Fermenti fermenter, lever ; fermentigi faire fermenter, faire lever.
El (R. 7, 5). Maco de l’hébreu matsot, pain azyme, du grec a- sans, zumê levain.

12. Julo du nom nordique de la fête du solstice d’hiver à l’ère pré-chrétienne. Les langues nordiques sont les seules à en avoir conservé le souvenir (jul, jôl...) sans doute pour son importance sous ces hautes latitudes. L’arbre de Noël (Kristarbo) le Père Noël (Patriarko Julo) la Fête des jouets (Ludilfesto) nous viennent de cette époque "païenne". Patriarko patriarche ; patro père géniteur ne conviendrait pas pour celui que nous appelons Père Noël.

13. Pacon kaj sanon : les salutations, les souhaits prennent la marque -n de "l’accusatif" car ils sont COD ; sous-entendu : je vous souhaite...
Al si reciproke : l’espéranto rend la RÉCIPROCITÉ de deux façons : — soit par (à) soi réciproquement ili salutas sin reciproke ils se saluent réciproquement ; — soit par l’un l’autre ili salutas unu la alian ; noter qu’on n’utilise pas le réfléchi dans cette seconde formule, à l’inverse du français.
Korsiko Corse (l’île) ; Korsikan Corse (habitant) voir note 9.
Bondeziro (bon-deziro) vœu ; Novjaro (Nov-jaro) le Nouvel An, l’An Neuf ; mais bona deziro un désir bon ; nova jaro une année nouvelle ; ĉu vi kaptas la nuancon ? Saisissez-vous la nuance ? Les mots composés ne sont pas une simple juxtaposition mais acquièrent un sens propre.
…kiel bondezirojN : pourquoi -n ? Parce que bondezirojn se rapporte au COD pacon kaj sanon. Comparer : — mi elektis lin kiel prezidanton je l’ai choisi pour (être) président ; — mi elektis lin kiel prezidanto je l’ai choisi en tant que président (moi-même étant président) pour en faire : un délégué, un trésorier…

PRATIQUE

1. Ne laŭdu la tagon antaŭ vespero.
2. Eĉ sur la suno troviĝas makuloj.
3. Riĉulo havas grandan parencaron.
4. Foriris bovido, revenis bovo.
5. Inter faro kaj rakonto staras meze granda monto.
6. Tago festa — for aferoj !
7. Peli tagojn sen afero de mateno al vespero.
8. Vespere ĝuu lunon, sed ne serĉu la sunon.
9. Peto de barono estas ordono.
10. Aŭskulti kiel ĉinan predikon.
11. Ĉe la tagiĝo.
12. Ĝi tuŝas lin, kiel akvo anseron.
13. Vi min manĝigos, mi vin trinkigos.
14. Eĉ ŝtono verdiĝas, se ĝi longe ne moviĝas.

1. Ne louez pas le jour avant le soir (avant qu’il ne soit fini).
2. Même sur le soleil se trouvent des taches (personne n’est sans défaut).
3. Le riche a une grande parenté.
4. Parti veau, il est revenu bœuf (l’âge n’améliore rien).
5. Entre un fait et un récit, il y a au milieu une grande montagne.
6. Jour férié, au diable les affaires ! (jour de fête, au diable les dettes !)
7. Pousser devant soi des jours sans occupation, du matin au soir.
8. Le soir, jouis de la lune, mais ne cherche pas le soleil.
9. Une demande d’un baron (d’un puissant) est un ordre.
10. Écouter comme (on écoute) un sermon chinois (sans rien comprendre). Prediko : mnémo : prêcher.
11. À l’aube.
12. Cela le touche comme l’eau une oie (ça ne lui fait ni chaud ni froid).
13. Tu me donneras à manger, je te donnerai à boire (Tu me feras manger, je te ferai boire : unissons nos moyens).
14. Même une pierre verdit, si pendant longtemps elle ne bouge (elle ne se meut pas).

RÉSUMÉ DES REMARQUES

Toute racine peut produire : nom, adjectif, verbe…
iĝi devenir ; igi rendre ;
ar groupe, ensemble de ;
Fréquence des inversions de mise en valeur ;
an membre, adepte, habitant ;
de (parfois far) introduit le complément d’agent (celui qui fait, qui agit) ;
Réciprocité : reciproke ou unu (la) alia(n) ;
Salutations, vœux… > accusatif (-n) ;
Après kiel le substantif est à l’accusatif s’il se rapporte au complément.







Voir la liste des articles
de la même rubrique


 
SAT-Amikaro - 132-134, Boulevard Vincent-Auriol - 75013 Paris - 09.53.50.99.58
A propos de ce site | Espace rédacteurs