En bref

Publié le mercredi 14 août 2002 par admin_sat , mis a jour le dimanche 8 août 2004

- Sous le titre "Internet donne un second souffle à l’espéranto", à la une de son numéro du 18 août, le quotidien "Le Devoir" (Montréal), qui est au Québec ce que "Le Monde" est en France, à consacré un article de sa journaliste Josée Boileau à ce qu’ont vécu plusieurs participants du congrès universel d’espéranto de Zagreb (Croatie). La conclusion a été laissée à Normand Fleury, dont l’épouse est croate : "Pensez-vous que vous discutez d’égal à égal dans un congrès international où se trouvent des Britanniques ou des Américains ? L’anglais est la deuxième langue de tous les autres qui doivent, eux, faire des efforts, se concentrer. Avec l’espéranto, tout le monde est logé à la même enseigne : tous doivent l’apprendre. C’est la langue de l’égalité, qui ne nuit à aucune langue nationale."

- L’Association Internationale pour la Défense des Langues et des Cultures Menacées (A.I.D.L.C.M.) inscrit son nom en dix langues dont, en seconde place après le français — sa langue officielle — l’espéranto : "Asocio Internacia por la Defendo de la Minacataj Lingvoj kaj Kulturoj". Courriel : .

- L’intérêt croissant pour l’espéranto en Afrique a conduit à la création de l’Afrika Oficejo (Office Africain) de l’Association Universelle d’Espéranto (UEA, Rotterdam) et d’un moyen électronique de diffusion des informations relatives à l’espéranto en Afrique nommé "TR’AFRIK’". Contact : Afrika Oficejo, B.P. 13169, Lomé, Togo. Tél : (228) 27 21 17. Courriel : .

- Le 10 juillet, au Congo Démocratique, le journal local "L’Observateur" a consacré un article signé Veritas Mputu à l’espéranto. Malgré des circonstances défavorables, les démarches pourraient déboucher sur d’autres avancées dans le domaine de l’information, notamment une tranche sur l’espéranto à la radio nationale grâce aux efforts de MM Manzangu et Lungisa.

- Nouvellement créé à Kinshasa, l’Institut des Médias pour le Développement (IMED) inscrit l’Espéranto dans son programme à titre facultatif. C’est une initiative du secrétaire général au ministère de l’Info et Presse. Messages d’encouragements et divers matériels sur l’espéranto sont bienvenus à l’adresse : M. Bagalama, BP 30 Kinshasa VIII, Kinshasa Linguala, RDC. tél. : (243) 8919570

- Lors du festival "Fréquences libres" sur le pluralisme, la démocratie, les droits de l’homme, les radios et divers autres sujets, qui s’est tenu en mars à Kinshasa, et à l’occasion duquel a été fondé le "Groupement des radios associatives et communautaires de l’Afrique centrale" visant à intervenir chaque fois qu’un journaliste est arrêté, trois adhérents du Cercle Espérantiste Congolais (KER) sont intervenus en faveur de l’utilisation de l’espéranto comme langue de l’amitié par les radios des pays d’Afrique centrale.

- Le contenu du "Service de Presse" de SAT-Amikaro ne représente qu’un choix d’informations (limité par l’espace) parmi une très grande quantité d’autres dont certaines sont diffusées aussi sur la liste de diffusion de SAT-Amikaro. Inscription sur simple demande auprès de esperohm@club-internet.fr
- Menaces de dérives linguistiques : Bimestriel de la Confédération Nationale du Travail "Le Combat syndicaliste" (CNT/AIT, 7, rue Rémésy, 31000 Toulouse) a consacré cinq pages de son numéro de mai-juin 2001 à la question de menaces qui se cachent derrière certaines démarches en faveur des langues régionales et à la nécessité d’une vraie langue internationale.